Vous êtes dans : Accueil > Agenda > Lecture : renaître de ses cendres

Lecture : renaître de ses cendres - le 30 novembre 2021

Lieu : Espace "Au fil de l'eau"

Rendez-vous à 18h

 

 

affiche renaitre de ses cendres (1) (pdf - 243,15 ko)

 

Renaître de ses cendres : 

Cet ouvrage présente une sélection de textes écrits lors d’un atelier d’écriture mené au CADA -Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile de
Tergnier, de mars à octobre 2021, auprès de Femmes en situation de migration.
Ce projet est né de la volonté de certaines de ces Femmes et de leurs encadrants de disposer d’un espace d’expression autour des violences physiques, sexuelles, psychologiques, économiques et patrimoniales vécues avant et
pendant le parcours migratoire.
Ce groupe est majoritairement constitué de Femmes en situation d’analphabétisme, d’allophonie ou présentant une maîtrise fragile de la langue française.
S’appuyant sur l’oral, sur les outils des ateliers d’écriture proposés par la Compagnie Petits Gros Mots, s’aidant d’applications de traduction instantanée et s’attachant à développer leur pratique du français, ces Femmes se sont engagées dans un processus d’écriture exigeant. Si le contenu de leurs textes est extrêmement sensible, parfois insupportable, il relate une réalité humaine qu’il serait terrible d’ignorer.
Ce recueil est un support à l’envie de témoigner, à la volonté de s’affranchir de son vécu traumatique, à la nécessité de reprendre une certaine forme de pouvoir.
Il est indispensable, néanmoins, de lire ces textes au-delà des témoignages qu’ils transportent et de les recevoir comme des objets de création littéraire à part entière.

Aïcha Bangoura, Tatara Momand, Andrine Ilomo, Hanan Abdulhamid, Joséphine Masuama et Joséphine Aloka sont les auteures de cet ouvrage.
Même si elles ont été empêchées d’accéder aux savoirs et aux apprentissages, elles ont investi ce projet d’écriture avec volonté et courage.
Ces Femmes ont écrit un livre.
Elles vont même plus loin en venant le lire, à haute voix, en français, lors de lectures publiques.

Nous remercions la DRAC Hauts-de-France pour son soutien et sa confiance dans l’accompagnement de ce projet, ainsi que nos nombreux partenaires.
Ces ateliers de pratiques langagières et culturelles, qu’ils s’adressent à des publics en situation de migration, en situation de réinsertion sociale ou professionnelle, en situation d’illettrisme, en insécurité linguistique quelle qu’en soit l’origine, sont des espaces indispensables de restauration de l’estime de soi, de visibilité des personnes, de réhabilitation des droits culturels.
Ces espaces, ces moments, ces projets, inscrits dans une prise en charge globale, démontrent, s’il fallait encore le démontrer, que les accès à la culture et au langage sont essentiels.

Partager cette page

Afficher plus de réseaux sociaux